Loading...
Equipe 1

Tonny Cvetek: retour sur sa belle carrière à l’USP

USP: Tonny, 14 ans passés à l’USP… c’est devenu rare de voir des joueurs si fidèles. Comment es tu arrivé au club ? Et qu’est ce qui te faisait rester année après année ?

C.T: Je suis arrivé au club à l’âge de 23 ans par l’intermédiaire de mon beau-père, membre et supporter inconditionnel de l’USP. Il me suivait dans mon ancien club Brumath et m’a présenté au Président Jean-Marc Zacher. 

Ce club m’a permis de m’épanouir au niveau sportif mais également du point de vue humain.

C’est tout simplement l’ambiance, les copains, les supporters, les installations qui m’ont fait rester tant d’années. Tout est réuni à Preuschdorf pour passer de bons moments sur le terrain mais aussi en dehors. C’est ce que j’ai aimé ici !

USP: En 14 ans, tu as pu en vivre des moments, bons comme moins bons. Quel est ton meilleur souvenir ? Ton pire ?

C.T: Parmi les bons souvenirs, je pense à la demi-finale de la Coupe d’Alsace contre Saint-Louis Neuweg (CFA2), les montées successives jusqu’en Excellence, la victoire en Coupe Crédit Mutuel. Il y a aussi notre série d’invincibilité en championnat (27 matchs).

Les victoires contre la FAIG 1-4 ou Drusenheim 2-0 l’année où ils ont survolé le championnat restent de très bons souvenirs tout comme celle à l’arraché à Kronenbourg 3-4. Notre succès au tournoi en salle de Haguenau en 2019 fut aussi un moment exceptionnel.

Pour les moins bons moments, il est clair que les 3 descentes d’affilées ont été très dures à gérer, mais grâce à une solidarité exceptionnelle nous avons réussi à remonter le club jusqu’en R3.  C’est une belle satisfaction pour moi.

Je peux aussi mentionner la finale perdue en Coupe Crédit Mutuel face à Eschbach où j’ai d’ailleurs fait un court séjour aux urgences 🤕

USP: Des coéquipiers tu en as vu passer… Quels sont les 3 qui t’auront le plus marqué ? Pourquoi ?

C.T: En choisir que 3 ? Je crois que ça ne va pas être possible ! Beaucoup de coéquipiers m’ont marqué durant toutes ces saisons. Je vais donc parler de 3 « générations » de joueurs !

Quand je suis arrivé au club, il y a plusieurs joueurs qui m’ont beaucoup marqué, le 1er pour qui j’ai eu beaucoup de respect était Marc Tritschler, qui faisait partie des anciens de l’équipe. A l’entraînement il fallait être au même niveau qu’en match, sur le terrain il était très exigeant et en dehors un mec en or. Un gars qui avait l’esprit club et qui poussait tout le monde à l’avoir également. 

Bien évidemment, l’incontournable Rémy Nussbaum m’a beaucoup impressionné pour son efficacité, on a d’ailleurs eu  une relation particulière sur le terrain, on arrivait à se trouver pratiquement les yeux fermés. Malgré sa grande taille, son point fort était vraiment le jeu au pied. Il m’a beaucoup appris, notamment sur la finition ! Une demi-occasion, c’était but !

Je peux aussi citer Stéphane Mattel, très agile sur sa ligne, adroit au pied, bref, un super gardien.

Il y avait également Mathias Zacher, c’était ma bête noire à l’entraînement… La défaite, il ne la supportait pas ! C’est cette mentalité de gagneur qui m’a beaucoup inspirée !

Ensuite, il y avait des joueurs comme Jérôme Stan alias l’infatigable, Steeve Schuler qui ne lâchait pas d’une semelle le 9 adverse, Cédric Braeuner avec ses cris de victoire mythiques, Yannick Lang pour sa longévité et bien sûr pour les soirées « Préparation Fête de Noël » !

J’ai voulu m’étaler un peu sur les joueurs de mes débuts à l’USP, ils ont beaucoup contribué à ce que je suis devenu sur le terrain et m’ont transmis leurs valeurs.

Ensuite il y a des joueurs plus de ma génération (OK bon.. je suis un peu plus vieux, mais dans la tête… je vous promets :-)). Jérémy, le capitaine actuel, avec qui on était associés pendant plusieurs saisons sur ce fameux côté droit de l’époque :-). On travaillait beaucoup l’un pour l’autre sur ce côté, on en a fait des débordements, des centres et bien évidemment des tacles =). 

Je peux aussi citer Damien Amrhein, certainement le mec le plus technique que j’ai connu à Preuschdorf mais également le joueur le plus investi dans le club. Je peux également citer Jo Mattel, Joé Goerich le guerrier, Alexis Logel notre Djiku à nous, ainsi que Brice Meyer qui me fait penser à Bjarne Arne Riise, ou encore Guillaume Simon qui m’aura délivré la passe décisive pour mon dernier but au stade du Seltzbach 😅.

Et pour finir la jeune génération que j’ai pu côtoyer ces dernières saisons et avec qui j’ai également pu apprendre ! C’est en partie grâce à eux que nous sommes revenus à ce niveau-là. Je vais notamment citer Guillaume Hartheiser, Tristan Knoery, Thibaut Martin, Gaëtan Junod, Olivier Ratzel qui ont permis de faire progresser footballistiquement l’équipe à un moment où la 1 était au plus bas, mais c’est surtout qu’ils ont apportés leur fraîcheur et leur bonne humeur avec une véritable mentalité club. Je tenais à le souligner, car malheureusement ces valeurs se perdent de plus en plus dans le foot, donc bravo et merci à eux ! Une petite mention spéciale pour Jordan Zacher, qui m’a impressionné de saison en saison, c’est sans aucun doute le jeune du club avec le plus fort potentiel !

Même s’il ne fait pas partie de cette jeune génération, je ne voulais pas rater l’occasion de mentionner Cédric Buttner qui est arrivé à l’USP il y a quelques saisons seulement. Très exigeant envers lui-même et envers les autres, un patron en défense, aux entraînements à 1000%. Je pense qu’il a beaucoup apporté aux jeunes !

Il y a bien évidemment d’autres noms que j’aurais pu citer, mais j’étais limité à 3… 😀

USP: Même si Preuschdorf n’a pas pour habitude de changer de coach chaque saison, tu en as connu plusieurs… le ou lesquels t’ont marqué le plus ? Pourquoi ?

C.T: Le premier coach qui m’a marqué c’est Rémy Gentes, que j’ai eu la chance de côtoyer une saison. Il fallait être au top physiquement et on travaillait beaucoup ce point, les consignes à la mi-temps se faisaient beaucoup en Alsacien ! Il m’a beaucoup appris devant le but, c’est vraiment lui qui m’a permis d’être efficace devant le but.

Par après, Dominique Waechter, avec qui on a vécu que de belles choses en 7 saisons. Très exigeant (avec des discours d’avant match de 30 minutes :D), et avec son esprit de compétition, il nous a tous fait progresser et a réussi à tirer le maximum de chaque joueur.

Ensuite, Rémy Nussbaum, qui a repris l’équipe alors qu’elle était au plus bas. Il a su remotiver les troupes et a remis l’équipe sur les rails en faisant confiance aux jeunes du club et bien sûr quelques cadres. Ensemble on a pu remonter la pente.

Et enfin, Lionel Geiger, avec qui j’ai effectué ma dernière saison. Je n’ai jamais eu un coach aussi minutieux où tout est millimétré, rien ne lui échappe. Avec une très bonne vision tactique, il sait où il veut aller et met tout ce qu’il peut pour y arriver.

USP: De quoi sera fait ton avenir ? Tu garderas un pied dans le foot ? dans le club ?

C.T: Bien évidemment que je garderai un pied dans le foot, à partir de la saison prochaine j’intégrerai l’équipe des vétérans, où je retrouverai beaucoup d’anciens coéquipiers. Je vais également rejoindre le comité pour essayer d’apporter ma pierre à l’édifice.

USP: Un mot sur l’usp ? Que représente ce club à tes yeux ?

C.T: L’US Preuschdorf est plus qu’un club pour moi, c’est devenu pratiquement ma deuxième famille. J’y ai rencontré tellement de belles personnes, que ça soit au niveau du comité, des supporters ou de mes coéquipiers. La majorité de mes amis proches sont du club, et plus particulièrement Jérémy qui est devenu mon témoin de mariage et également le parrain de mon fils.

D’un point de vue sportif, c’est dans ce club que j’ai pu évoluer pendant 3 saisons en Excellence.

C’est un club sain, et qui, j’en suis sûr, peut encore réussir de belles choses !

USP: Le mot de la fin?

C.T: VIVE L’USP !!!