Loading...
Zoom sur

Zoom sur : Yannick LANG, l’infatigable !

L’équipe de Zoom Sur repart sur le terrain avec les 1ers rayons de soleil de ce début de printemps, les oiseaux chantent, et Yannick, comme à son habitude foule toujours les différentes pelouses du Nord de l’Alsace. C’est pourquoi nous sommes allés le voir, autour d’un euh..pardon de plusieurs Picon pour parler un petit peu de lui. C’est qu’une fois les verres vide que nous avons pu commencer notre interview.

Peux tu nous présenter ton parcours footballistique en général ?

J’ai quelque peu voyagé durant ma carrière, entre ambitions et convictions, j’ai plusieurs fois changé de clubs. J’ai fait toutes mes gammes au FC Soultz-sous-Forêts, jusqu’à débuter en seniors. Mon caractère m’a ensuite amené à jouer au FC Kutzenhausen pour ensuite rejoindre l’US Surbourg où j’ai passé de bonnes années festives. Retour au FC Soultz, après quatre saisons, pour découvrir l’Excellence mais aussi une dégringolade jusqu’en D1. C’est à la suite d’une rencontre, celle avec Thomas SCHIELLEIN, que j’ai rejoint l’USP lors de la saison 2003/04.  Club que j’ai quitté pour rejoindre Drachenbronn durant une saison et demie (on peut dire que c’était un prêt) pour divergence de vue avec l’entraîneur de l’époque.
Retour à l’USP en 2009/10 pour une saison mémorable avec la deux, un titre en étant invaincu !

Beaucoup disent qu’il ne faut pas avoir de regrets, mais au fond il y en a toujours l’un ou l’autre qui trotte dans la tête. Pour moi c’est celui de ne pas avoir gagné de titre avec mon club formateur et de ne pas avoir vécu de montée avec la une de l’USP. Pour ma dernière saison, le fait d’avoir l’opportunité de pouvoir terminer au sein du groupe équipe une, me procure une grande satisfaction et vaut presque un titre.

Le fait d’être coaché par mon père était aussi une expérience particulière… je pense que pour lui aussi. L’entraîneur qui m’a le plus marqué est sans conteste D. Waechter. Je ne fus sous sa houlette que lors d’un match, mais tout au long de sa présence à l’USP, il m’avait impressionné par son sens de la rigueur, l’exigence et le souci du détail.

Te connaissant un peu dans le vestiaire, tu as toujours sur toi une pharmacie complète à portée de main, et en ayant vu le contenu, je pense que tu peux sauver des vies humaines avec ça non ?

J’ai effectivement une bonne panoplie de produits au fond de mon sac, ce n’est pas pour sauver des vies mais plutôt en réduire quelques-unes, celles des hématomes et autres contractures.

La suite de ta carrière, tu l’imagines où ? Sur un banc? Avec les jeunes ? Sur ton canapé en regardant les matchs des Verts des années 70 pour te remémorer l’époque où ils gagnaient encore ? Tu t’es même lancé dans l’accompagnement des jeunes u18 de l’entente cette année, avec un rôle de coach adjoint… tu as trop de temps libre ? Tu saoules trop ta femme ? Ou c’est en vue d’une future reconversion ?

Je n’ai jamais véritablement ressenti l’envie, voir le besoin de coacher, malgré quelques sollicitations. J’’ai toujours préféré être acteur. Ponctuellement il m’arrive de remplacer et cela me suffit amplement. J’accompagne également une seconde fois sur une saison, Damien, avec qui j’ai des affinités footballistiques,  pour encadrer des jeunes avec qui l’on peut être exigeant.
Non je ne regarderai pas les matchs de l’ASSE des années 70 car ils ne sont pas en couleur… Et oui je saoule ma femme à chaque fois que je lui dis « je refais une saison » mais c’est toujours elle qui m’encourage lors de la reprise. La suite,… je ne la vois pas trop près des terrains car il me sera difficile de juste regarder.

Après avoir connu tes dispositions de joueur infatigable, de tacleur fou, de bricoleur de l’extrême, d’entraîneur de substitution, tu nous as maintenant montré une autre facette de toi lors de la fête de Noël : celle de journaliste sportif aguérri notamment dans le rôle de notre très cher Paganelli ? Est ce là le début d’une grande carrière dans ce domaine ?

Je vous rappelle qu’il n’y a pas si longtemps sévissait encore une bande de joyeux lurons qui animait la fête de noël de l’USP. C’est avec eux que j’ai pu débuter et y prendre du plaisir. Quand j’ai été demandé par la génération d’après, je n’ai pas hésité une seconde, l’autodérision  et le sens de l’humour c’est quelque chose qui fait partie de mon quotidien donc je n’ai pas beaucoup d’efforts à faire.

Tu as démarré une nouvelle rubrique sur notre site Internet intitulée « Hors jeu », avec notamment un article sur le stage de préparation de l’équipe 1 et un autre sur « La pathologie du genou« . Quel est ton objectif avec cette nouvelle rubrique ? Un indice pour le prochain thème de ton futur article ?

Je suis plus à l’aise en écrivant qu’en faisant un long discours. Je peux laisser mûrir mon idée pour la mettre ensuite sur papier. J’espère que cette rubrique pourra agrémenter notre site et susciter de nouvelles idées. Pour le prochain thème, je propose que chacun me souffle des sujets.

tempus Aliquam Nullam diam id consequat. mattis ipsum et, leo velit,