Loading...
Equipe 1

Interview de notre président Christian ORTH

Christian Orth a pris la succession de Jean-Marc Zacher il y a deux ans à la tête de l’US Preuschdorf. Après des années de disette, il est heureux que son club ait retrouvé le chemin de la victoire et espère qu’il saura se stabiliser en Promotion d’Honneur.

– Comment êtes-vous devenu président du club ?

– Jean-Marc Zacher voulait arrêter après quinze années de présidence. Tout le monde a insisté pour que je prenne la relève et j’ai accepté pour un an. Là, ça en fait déjà deux que je suis en place, on va dire que ce sont des contrats d’une année renouvelable. Les gens ne se rendent pas compte du temps qu’il faut consacrer à cette fonction. C’est presque un rôle de chef d’entreprise.

«On repart de l’avant»

Heureusement que des jeunes se sont rajoutés au comité. Il y a aussi un noyau de joueurs de l’équipe 1 qui prend des choses en main, notamment en ce qui concerne le recrutement et les sponsors. Je peux aussi compter sur Rémy Nussbaum qui a pris du recul mais qui s’occupe de beaucoup de choses. 

– Comment vivez-vous la période actuelle où votre club de toujours (*), qui était monté jusqu’en Excellence, ne cesse de descendre dans la hiérarchie du foot départemental ?

– C’est juste un retour à la normale. Ce n’est pas exceptionnel pour nous d’être en Promotion d’Honneur, c’est la montée en Excellence qui était quelque chose d’exceptionnel. Cette saison on commence plutôt pas mal, que ce soit en championnat, ou en coupe. L’objectif, c’était déjà de réapprendre à gagner… On avait dû gagner six matchs pendant les trois dernières années mais là, on repart de l’avant.

– Quelles sont les recettes qui avaient permis à Preuschdorf de monter si haut ?

– On a surtout eu un bon entraîneur avec Dominique Waechter. Il est arrivé avec deux ou trois joueurs et tous les ans, on en a rajouté quelques-uns. Ce que je retiens, c’est l’esprit d’équipe que le coach avait su mettre en place. On était un véritable bloc sur le terrain. 

– Qu’est-ce qui a cloché ensuite ?

– On est tombé dans une spirale négative et c’était l’effet inverse. Tous les ans, quelques joueurs partent et l’effectif devient de plus en plus limite. Garder les bons joueurs dans un petit club comme nous, c’est compliqué.

– Pouvez-vous retrouver une période dorée, comme celle que vous avez connue ?

– L’objectif c’est déjà de se stabiliser, ça va être difficile pour un petit club comme nous de retrouver l’Excellence… 

(*) Christian Orth n’a fait qu’une petite infidélité à l’USP lorsqu’il avait 17 ans et qu’il était allé à Woerth.